Discours lors de l’inauguration des locaux

Allocution lors de l’inauguration officielle des locaux, le samedi 28 septembre 2019 – David Buick

Lors d’une visite à Maurepas de Claude Bartolone, alors ministre de la Ville, j’ai échangé quelques mots avec Edmond Hervé, alors maire de Rennes. Au cours de cet échange il a lâché une petite phrase qui a résonné avec moi depuis : « nous ne sommes pas dans une théocratie ».

Cette déclaration correspond tout à fait à ma vision des choses en tant que citoyen, en tant que chrétien, en tant qu’aumônier des prisons, et en tant que pasteur de cette assemblée. Nous sommes en république laïque, laïcité à laquelle nous adhérons pleinement, étant entendu qu’elle donne la liberté de ne pas croire ou de croire et qu’elle offre à toutes les expressions du fait religieux un traitement égal et une place dans le sphère public, dans la cité. C’est tout à fait la vision de notre église, « Christ Pour Tous ».

Peut-être que vous trouvez nos locaux un peu dégarnis ; c’est peut-être parce que toutes les énergies de nos membres sont tournées vers l’extérieur, dans des investissements divers et variés dans la vie de la cité, dans la vie professionnelle, dans l’action sociale, dans des projets avec d’autres acteurs associatifs. Jésus nous a bien dits d’être « sel et lumière » pour le monde, et nous a envoyés « dans le monde ». Je me dis souvent que l’une des raisons pour cet envoi en mission de sa part c’était pour empêcher ses disciples de rester cloîtrés entre eux et les obliger d’aller à la rencontre de l’autre : c’est le b-a-ba du vivre ensemble.

On peut se demander alors, mais à quoi bon avoir des locaux du tout ? Dans notre vision des choses, nous ne voulons pas d’une communauté pour laquelle l’église ou les locaux qu’elle occupe deviennent une sorte de parc d’attractions qui aspire les gens pour les garder le plus longtemps possible et leur faire oublier le monde à l’extérieur. Mais sur le plan pratique,il y a tout de même le besoin de leur offrir une « aire de repos », une « halte spirituelle », ou comme les urbanistes le disent aujourd’hui, un « pôle de transcendance » dont nous espérons à aussi faire bénéficier le quartier à terme.

Ainsi, ces locaux nous permettent de célébrer notre culte dominical ensemble : un temps très participatif de chants, de prières, de lectures de la Bible, de témoignage, et de prédication dans un esprit d’accueil et d’accessibilité où nous réaffirmons notre conviction fondamentale et transformatrice que le Christ est ressuscité… sans oublier un bon moment de convivialité après le culte autour d’un café ou d’un thé. Ces locaux nous permettent aussi d’accueillir diverses formations et rencontres plus spécifiques : pour des animateurs d’enfants, pour des cours de théologie, des rencontres entre responsables, des entretiens individuels, et ainsi de suite. Nous avons d’ores et déjà le projet d’accueillir un séminaire inter-églises sur le thème de la ville en 2020.

Notre but, c’est d’encourager tout à chacun de connaître la vie, la personne, et l’œuvre de Jésus-Christ ; d’accompagner chacun dans leur cheminement avec Dieu ; et de permettre à chacun d’être un croyant autonome, responsable, et engagé dans la vie de la cité où Dieu nous appelle à porter ses valeurs. Dans la Bible, il y a une parole que nous citons souvent dans le livre du prophète Jérémie qui nous incite à « travailler pour le développement de la ville » et de « prier pour la ville » (Jérémie 29 :7). Cette prière est certes en partie intéressée, car comme Jérémie l’explique, « votre bonheur dépend du bonheur de cette ville », mais elle témoigne aussi d’une volonté sincère d’être des acteurs constructifs dans ce monde où Dieu nous envoie.

Merci à chacun d’entre vous qui à divers niveaux et dans différents rôles nous accompagnent et nous soutiennent dans cette mission, et de nous faire part de votre intérêt en étant présents ici ce matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *