Le bon samaritain

Depuis les tous premiers jours de la crise sanitaire actuelle, la parabole du bon
Samaritain me taraude. Déjà, il n’y a pratiquement pas de jour qui passe sans que
l’on se rende compte d’encore autre chose qu’il ne sera pas possible de faire
comme avant, qu’il va falloir repenser. Et au-delà des aspects pratiques de la vie,
cette parabole semble nous crier à la figure la totale impossibilité de mettre la vie
chrétienne en pratique aujourd’hui comme Jésus nous l’a enseignée. Nous
« savons » tous que le « gentil » dans cette histoire, c’est celui qui traverse la route
pour venir en aide à l’autre, le soigner, le prendre dans ses bras, et que les
« méchants » sont ceux qui restent loin, de l’autre côté. La
« distanciation physique1» a mis fin a tout cela et bouleverse nos repères.